Audoise depuis l’âge de 15 ans, Stéphanie a choisi, avec son mari Gérome, d’habiter dans la quartier de la Cabrerisse à Caunes-Minervois : « J’ai toujours aimé Caunes, pour le cadre de vie, le côté paisible, le paysage, avec le vieux villages, les montagnes… L’ambiance, aussi. »

Cette Maman de quatre enfants s’est toute sa vie engagée pour les autres, un état d’esprit que lui a légué son grand-père : « Il était policier, il m’a transmis des valeurs essentielles : la rigueur, le respect, le service public. Et aujourd’hui, je suis contente quand je peux aider quelqu’un, lui faciliter la vie : c’est une satisfaction, une joie, ça m’apporte beaucoup et me fait grandir.»

Travaillant longtemps comme ambulancière, elle est aussi en 2003 la première femme à s’engager avec les sapeurs pompiers volontaires de Bize-Minervois, avant de rejoindre le centre de secours de Caunes il y a dix ans, désormais au grade de Sergent, et où elle sera aussi trésorière de l’amicale des pompiers. « On ne devient pas pompier, on naît pompier. Et puis, les pompiers, c’est aussi un esprit d’équipe, on est plus fort ensemble, solidaires entre nous, et solidaires envers les autres ! »

Aider les autres, c’est aussi ce qui l’a motivé lorsqu’elle s’est formé à l’hypnose eriksonnienne, avant d’ouvrir son cabinet, pour aider ceux qui ont besoin de solutions simples à des préoccupations parfois complexes.

Mais Stéphanie, c’est aussi un esprit créatif, et un goût de toujours pour la lecture ; elle se laisse vite envahir de livres. « Un livre, c’est un objet qui ne se jette pas, c’est comme un cadeau de celui qui l’a écrit… Mais ça prend de la place ! Alors, j’ai eu l’idée de leur donner une nouvelle vie, d’en faire des objets d’art, sans remettre en cause leur rôle premier : c’est comme une deuxième interprétation. ». Impliqué dans les réseaux d’artisans d’arts professionnels, elle crée en 2019 le marché d’art de la St-Valentin, dont la deuxième édition vient d’être un grand succès. Un marché créé sur Caunes, évidemment : « Caunes mérite d’être encore mieux connu, ça me tient à cœur. J’aime mon village, alors j’ai envie de le partager, de m’engager pour lui ! »