Jean-Bernard a beaucoup voyagé au cours de sa carrière, mais son coeur est toujours resté en Occitanie. Né à Toulouse en 1970, il y a grandi, et s’est engagé sous les drapeaux à 18 ans, à l’école de sous-officiers d’Agen. Le début d’une carrière de 30 ans dans La Défense Nationale, d’abord sur des postes de terrain en théâtre d’opérations extérieures (Côte d'Ivoire, Afghanistan...), avec des missions s'appuyant sur un savoir technique "pointu" telles que les communications sur supports satellitaires, puis par la suite engagé auprès des plus jeunes, comme instructeur ou conseiller en recrutement. Des années qui ont forgé ses valeurs et sa personnalité : cohésion, esprit d’entraide, sens de l’engagement… Et le respect aussi : respect de l’autre, respect des règles. « Les règles, c’est ce qui fait la société, ce qui nous permet de vivre ensemble. Respecter les règles, c’est respecter l’autre… »

Retraité de sa première carrière, Jean-Bernard a ainsi choisi de devenir exploitant forestier, un métier qui lui ressemble, entre le contact de la nature et l’autonomie dans les périodes de coupes, et le contact humain dans les périodes de vente ou de ramonage… Une façon aussi de vivre au plus près de l’environnement. « Parce que j’ai beaucoup de respect pour l’être humain, j’ai aussi beaucoup de respect pour notre environnement, et je me préoccupe beaucoup de ce qu’on va léguer à nos enfants dans ce domaine… ». C’est justement avec cinq enfants qu’il a choisi, avec son épouse de s’installer à Caunes : les trois plus jeunes sont scolarisés dans le village, les plus grands à Carcassonne. Mais pourquoi Caunes ? « C’est un petit coin de paradis, un endroit calme, reposant, et vivant en même temps. Après une telle carrière, la tranquillité fait du bien, j’y suis attaché, et préserver cette tranquillité fait aussi le sens de mon engagement aux côtés de Jean Louis Petit. Je pense en particulier à nos anciens : ce sont les témoins de notre passé, je respecte énormément ça, mais ce sont aussi des personnes qui vivent au présent, et qui méritent qu’on prenne soin d’eux et que l'on soit attentif au bien-être de chacun».